808 Mafia, la ligue des super-producteurs

Southside & TM88

Fondée en 2010 dans l’idée de créer un super groupe de producteurs, la 808 Mafia ne cesse d’agrandir sa notoriété. Depuis son premier tintement de synthé qui a résonné dans les quartiers d’Atlanta jusqu’à ses livraisons d’instrumentales express et efficaces dans tous les coins de l’Amérique, le collectif fondé par Lex Luger et Southside, sous l’empreinte de Brick Squad Monopoly, est devenu une valeur sûre pour tous les rappeurs misant sur la trap music. Leur point fort : la régularité et l’omniprésence sur le marché des productions grâce au nombre incalculable de membres représentant la marque 808, mais aussi grâce à leur facilité à élaborer des mélodies qui sont toujours au goût du jour. Retour sur le plus grand collectif de producteurs que le rap game n’ait jamais connu.

2010, tout a commencé par une idée de Waka Flocka Flame. Le célèbre cousin de Gucci Mane (patron de Brick Squad) voulait rassembler les meilleurs jeunes producteurs se trouvant sur la scène d’Atlanta. Le but ? Produire ce qui se fait de mieux en termes de Trap Music afin de gratifier au mieux nos oreilles. De ce fait, Lex Luger et Southside, deux jeunes beatmakers du coin, se mettent d’accord pour former un collectif. Une équipe qui s’appellera les 808 Mafia. La suite, on la connait : Lex Luger se fait connaître mondialement grâce à ses productions lourdes effectuées pour Rick Ross et son album Teflon Don (B.M.F., MC Hammer). Southside, quant à lui, suit discrètement mais sûrement les pas de son collègue.

Presque 5 ans après, la firme reste toujours intacte mais les membres se sont multipliés et la cote du groupe n’a jamais été aussi haute. SouthSide, TM88, Tarentino, Purps, Fuse, Be-Bop, Bobby Beats pour ne citer que les plus connus… mais on retrouve un peu moins de 20 producteurs faisant partie du mouvement. Et même si Lex Luger a décidé de quitter le collectif pour fonder son propre groupe, la 808 Mafia ne s’est jamais aussi bien portée qu’en ce début d’année 2015. Sur ces cinq dernières années, ils ont fait partie de ce groupe de producteurs influents qui a amené un nouveau souffle sur la scène de la trap.

Avec un style bien à eux, ils travaillent sur le logiciel Fruity Loops pour la conception de leur instrumentales. Ces dernières sont généralement d’ambiances très agressives voire violentes, accompagnées de grosses basses et des percussions de synthétiseurs. A côté de ça, les 808 utilisent également une boîte à rythme électronique appelée TR-808, d’où le nom du collectif.

Cependant, lorsque l’on parle de 808 Mafia, il n’y a que deux noms sur une vingtaine qui en ressortent. En effet, la réputation du groupe est due, en majeure partie, à SouthSide et TM88. Et il faut savoir que les deux individus se connaissent depuis leur tout jeune âge. L’un est reconnaissable avec ses tatouages en pleine face et l’autre avec son allure nonchalante accompagnée d’une coupe de cheveux originale (des dreads qui ressembleraient à une sorte de palmier coloré sur sa tête). Inéluctablement les plus connus et les plus talentueux du groupe, les deux compères sudistes représentent la partie émergée de l’iceberg. Ce sont les leaders incontestables du collectif et ils ont déjà participé à l’élaboration de gros hits à succès comme le fameux Danny Glover qui a permis de lancer Young Thug. Plus récemment, les deux créateurs ont fait monter leur cote grâce à la production d’une partie de Monster, mixtape de Future. Avec des titres comme Codeine Crazy, Fetty, Showed Up ou le monstrueux After That, ils ont démontré l’étendue de leur talent derrière les manettes.

En passant par Gucci Mane, Future, Chief Keef, Lil Wayne, Young Thug, Wiz Khalifa ou encore Drake, les 808 Mafia fournissent de plus en plus d’artistes aux styles plus ou moins différents. De ce fait, ils n’ont pas de quoi rougir face aux autres étoiles montantes de la production. Et leur méthode pour tester si leur morceau sera un futur hit ou pas est simple. Effectivement, comme tous les autres producteurs originaires d’Atlanta, la tradition est de tester leurs créations dans les strip clubs du coin, Magic City étant le plus réputé. La recette est simple, si le morceau y est bien reçu, il pourra être joué dans les boîtes normales. S’en suit l’intérêt des stations de radio et tout s’enchaîne.

Pour finir, ce qui fait aussi le point fort de ces producteurs, ce sont leur nombreuses collaborations avec les autres grands noms d’Atlanta comme Metro Boomin (dans Monster), Zaytoven ou encore Sonny Digital. La compétitivité de ces producteurs sudistes est certes élevée mais ils n’hésitent pas à passer des soirées ensemble dans un même studio à créer des beats tout en se passant quelques joints et en se tapant des barres. Une entraide entre passionnés du même boulot qui est devenue une tradition pour se motiver les uns des autres, afin de devenir encore meilleur. Mais qui en ressortira vraiment gagnant ? Certainement le hip-hop d’Atlanta.

Si vous voulez plus creuser, 808 ont sorti deux mixtapes qui regroupent leur premières productions ; 808 Mafia 1 et 2. Et dernièrement, vous pouvez écouter les Free Agent 1 et 2 de Young Sizzle qui sont des projets plus récents et entièrement produits par le collectif.

Kevin

 

Accueil Behind The Beat Rap US

[Behind The Beat] Cardo

Vingt et unième état des Etats-Unis avec ses 5’000’000 d’habitants, le domaine du Minnesota ne regorge pourtant pas d’une grosse culture hip-hop. Les rappeurs issus de cette région comme Brother Ali, Dessa ou Slug, se comptent sur les doigts d’une main. Pourtant c’est dans ce territoire qui se trouve au nord des USA que Ronald La Tour a vu le jour. Plus connu sous le nom de Cardo, le producteur est issu d’une famille flirtant déjà avec la musique. Mais comment a-t-il réussi à devenir le meilleur producteur de la clique Taylor Gang alors que ses débuts se résumaient à une partie de jeu vidéo avec MTV Music Generator au fin fond des immenses forêts du Minnesota?

Sur les traces californiennes

L’une de ses recettes principales est due au logiciel de création de musique : Fruity Loops. D’ailleurs lors d’une récente interview, Cardo avoue toujours utiliser le même programme depuis 2000 même si des fonctions auxiliaires comme le Akai MPC 8000 lui servent à découper les samples. Une méthode qu’il utilise moins souvent depuis l’avènement du scandale Mac Miller/Lord FinesseEn parlant de méthodes, son style d’instrumentale s’apparente au g-funk de l’ère west coast où il rajoute cette touche novatrice de l’époque actuelle qui permet donc à cette mélodie de vivre une seconde vie. Un rythme plutôt lent accompagné par des basses de synthétiseurs auxquels se marient ces sons aigus et longs qui nous rappellent l’atmosphère californienne.

Pourtant originaire d’un milieu influencé par le style du Midwest, plusieurs questions se posent sur ce qui a motivé le producteur à suivre les traces ensoleillées de la côte ouest. Et lorsque des similarités avec DJ Quik lui sont évoquées au niveau de ses productions, le bonhomme ne dément pas qu’il a toujours admiré et été influencé par les instrumentales effectuées par le grand producteur et rappeur issu du quartier de Compton.

« Avec Quik, ses sonorités te permettaient de te sentir à l’aise, c’était groovy, amusant, énergétique, quelque chose de nouveau. C’était la caractéristique G-Funk. Mes oreilles étaient juste devenues addictives à ses mélodies. C’est de là que ma musique a pris forme. » ¹

Le Pepto-Bismol, son sauveur

Alors qu’il produisait déjà pour Mac Miller et Chevy Woods à l’époque, c’est par l’intermédiaire de ce dernier qu’il a rencontré Wiz Khalifa, leader du label Taylor Gang. A ce moment-là, Wiz venait effectuer un show au Texas, état où Cardo réside désormais. Et il a été prévu que les deux se rencontrent du à l’admiration du rappeur pour ses mélodies.

« Cette nuit-là, j’avais de terribles maux d’estomac et j’étais terrifié de me faire dessus. Alors j’ai du prendre du Pepto-Bismol pour arranger le coup ce qui m’a permis de rencontrer Wiz.  C’était une opportunité que je ne voulais pas rater. » ¹

A partir de cette rencontre originale, le producteur est désormais un membre officiel de Taylor Gang. L’alchimie parfaite entre Wiz et Cardo leur permettent à chaque fois d’élaborer des morceaux de très bonne qualité et accrocheurs comme par exemple les Mezmorized, In The Cut ou encore les plus récents Brainstorm, Mary 3x et O.N.I.F.C. Mais ses affiliations ne s’arrêtent évidemment pas là. Sa base de popularité s’élargit de plus en plus car il a également produit pour Freddie Gibbs, Young Jeezy, Wale, Sir Michael Rocks, Gerald WalkerCurren$y, Scotty ATL et Joey Fatts pour ne citer qu’eux.

Un style de production trop stéréotypé ?

Comme cela a déjà été évoqué ci-dessus, les coups de synthés de Cardo sont de plus en plus demandés. Toutefois, même si celles-ci proviennent des quatre coins des Etats-Unis et que le style du rappeur n’est logiquement pas toujours le même, les instrumentales de Ronald ont régulièrement cette faculté à posséder cette griffe qui nous facilite d’établir directement la liaison avec lui.  C’est pour cela que certaines personnes lui reprochent de ne pas assez se diversifier. Mais contrairement à d’autres, le jeune homme préfère se focaliser sur un seul genre afin de pouvoir créer un impact dans le rap game.

« Comme les Neptunes l’ont fait. Timbaland, Dre, Quik et RZA. Toutes ces personnes ont cette mélodie qui te permet de dire : – Je sais qui a produit ça!- dès que tu l’entend. Tu peux directement faire le lien.  J’essaie de continuer de faire des choses différentes par-ci par-là, mais je ne veux pas que le public soit confus. » ¹

Fidèle à son style, rien ne lui empêche de s’ouvrir à d’autres horizons comme il l’a déjà prouvé avec quelques morceaux pour Chevy Woods :

Pour conclure, il a dernièrement sorti son propre EP instrumental qui peut être écouté gratuitement ici. De jolies perles sont à découvrir comme Sunset. Une mini-galette parfaite pour profiter des derniers jours d’été sur sa terrasse tout en sirotant son cocktail. Et oui, quelques morceaux méritent également d’être utilisés à bon escient comme par exemple le couplet d’un certain Wiz Khalifa sur l’une de ces mélodies…

Quelques instrus en plus :

¹Interview Cardo pour The Fader, octobre 2012.

par Kevin

Accueil Behind The Beat Rap US

[Behind The Beat] Metro Boomin’

19 printemps seulement et ses productions sont déjà saluées par l’univers du rap. Son nom, c’est Metro Boomin’ et il ne reste pas beaucoup de temps avant que l’effet de ses instrumentales n’explose dans tous les studios des Etats-Unis. Ceux qui se trouvent dans les alentours d’Atlanta sont déjà conquis et touchés par l’effet volcanique et contagieux des mélodies concoctées par ce jeune talent originaire de St-Louis.

Même s’il est toujours aux études dans le domaine du business management, Leland Wayne de son vrai nom, a été obligé d’effectuer une interruption dans celles-ci due aux innombrables demandes de ses beats dans le monde du rap. Etant conscient qu’il devra retourner aux prises de notes et aux récréations dès la saison d’automne, Leland garde la tête froide tout en voulant alterner entre la musique et les études. Mais tout n’est pas si simple que cela en a l’air, car le jeune producteur a du se faire repérer sur le net afin de gagner une certaine notoriété.

Après avoir lancé de multiples tweets et re-tweets, OJ Da Juiceman et sa clique le contactent pour venir faire un saut dans leur studio. Le jeune gamin âgé de 16 ans à ce moment-là, ne se dégonfle pas. Il prend toute son artillerie musicale et s’installe dans le laboratoire d’OJ comme un vétéran qui ne doute à aucun moment si son instru va être choisie ou non. Même si le gimmick du producteur n’existe pas encore, une dizaine de morceaux seront retenus par OJ dans ses projets gratuits. Le tour est joué, Metro se fait un nom et hésite sur plusieurs pseudos avant de trancher sur le désormais fameux Metro Boomin’.

Mais avez-vous donc déjà entendu ce gimmick au début d’un morceau ? Cette phrase simple mais assez attractive :

This beat is so so Metro…

Voici ci-dessus l’une de ses meilleures oeuvres jusqu’à maintenant. Peu de producteurs âgés de seulement 19 ans ont eu l’opportunité de produire pour deux gros poissons du rap game (ici Luda et Jeezy). Il ne s’agit pas seulement d’opportunité, mais également d’un certain talent et d’une assurance inébranlable lorsque l’on manie des engins devenant de plus en plus sophistiqués et issus de la dernière école. Alors oui, Metro fait partie de cette dernière génération de producteurs se basant sur des bruits synthétiques tout droit sortis de la Maschine, mais le bonhomme est doué et se démarque assez facilement de ses partenaires.

Comme l’atteste la piste postée ci-dessous, les productions de Wayne se rapprocheraient plus d’une innovation du genre Trap qui est maintenant dirigée par la nouvelle élite composée de Chief Keef, Waka Flocka Flame et consorts; qui sont d’ailleurs le genre de rappeurs les plus habitués à poser sur ses créations. Une production certes très new-school mais qui mériterait son lot d’appréciation grâce à ces boucles aiguës psychédéliques qui s’accordent parfaitement au rythme grave et hypnotisant du morceau.

Jusqu’à maintenant, aucune de ses réalisations n’a eu l’honneur de figurer sur un album officiel, mais seulement sur des mixtapes. Toutefois, son excellente collaboration et cohésion avec Future lui a permis de lui concocter Karate Chop qui sera le premier single du second album studio de l’artiste. Et même si les prestations de ce dernier sont mitigées au micro et ne plairont certainement pas à tout le public, Metro Boomin’ forge sa réputation petit à petit; ce qui lui permet de travailler actuellement avec SchoolBoy Q, un tout autre type de rappeur. Le résultat sera à la fois très intéressant et surprenant à cause de ce mélange de différents courants du hip-hop.

Dernièrement, la sortie de Day Two de Young Dro a permis au monde du rap de profiter d’une nouvelle production signée Metro Boomin’ : diversifiée et hors du commun!

En attendant une nouvelle élaboration de sa part, Wayne n’écarte pas la possibilité de produire pour des artistes non-rap et rêve également de mettre la patte à une réalisation musicale pour un (ou des) film(s). Du reste, s’il continue sur cette lancée, il serait fort envisageable que son souhait se réalise.

Actuellement, il est en train de travailler sur sa propre mixtape, 19 and Boomin’, où on pourra l’entendre rapper sur ses propres productions. Reste à savoir s’il est aussi bon au micro que dans son sujet de prédilection.

En bonus, une vidéo de lui réalisant une instru dans son studio (à partir de 2min18) :

par Kevin

Accueil Behind The Beat Rap US

[Who Sampled Who?] Just Blaze

JUSTBLAZE

Focus sur un des plus grands producteurs de tous les temps: Just Blaaaaaze! Omniprésent sur les classiques de Jay-Z que sont The Blueprint et The Black Album, le talent de Justin Smith, de son vrai nom, n’est plus à prouver. Le monde du hip-hop s’est arraché ce génie de la MPC qui compte autant d’hits que de classiques dans sa discographie. Retour sur certaines de ses plus grandes productions, qui, comme vous le verrez, puisent leur mélodie dans le catalogue musical de la Soul:

1. Pump It Up – Joe Budden

1. Originale : Soul Vibrations – Kool And The Gang

2. U Don’t Know – Jay-Z

2. Originale : I’m Not To Blame – Bobby Byrd

3. Song Cry – Jay-Z

3. Originale : Sounds Like a Love Song – Bobby Glenn

4. Touch The Sky – Kanye West

4. Originale : Move On Up – Curtis Mayfield

5. Public Service Announcement (Interlude) – Jay-Z

5. Originale : Seed of Love – Little Boy Blues

6. The Champ – Ghostface Killah

6. Originale: Fever – Sharon Cash

7. Oh Boy – Cam’Ron feat. Juelz Santana

7. Originale : I’m Going Down – Rose Royce

8. Breathe – Fabolous

8. Originale : Crime Of The Century – Supertramp

9. Girls, Girls, Girls – Jay-Z

9. Originale : There’s Nothing in This World That Can Stop Me from Loving You – Tom Brock

Par Dimitri

Accueil Behind The Beat Divers Rap US

[Behind The Beat] Soulchef

Sa Musique est une ode à la mélodie, un mélange de Jazz et de Hip-Hop qui nous régale et nous emmène loin, dans un autre monde. Vous n’avez sûrement jamais entendu son nom, vous ne l’entendrez rapper sur aucune de ses chansons et vous ne le verrez pas sur des couvertures de magazines. Il préfère à la lumière du micro l’ombre des platines, son instrument qu’il manie à merveille. Montez donc dans ce bateau musical que propose Soulchef et laissez-vous emporter par la marée.

Soulchef est donc un producteur, compositeur et musicien néo-zélandais, en provenance d’Auckland. Son parcours n’est pas vraiment connu, pas de page Wikipedia, pas de biographie trouvable sur internet (si vous en trouvez, je suis preneur). Ce que l’on sait, c’est que sa première sortie officielle est une chanson qu’il produit et sur laquelle rappe Need Not Worry, un de ses collaborateurs récurrents. La chanson, Eyes Like Blue Skies, paraît sur un projet collectif appelé In Ya Mellow Tone. Elle nous donne déjà un avant goût de la musique de Soulchef, une mélodie légère, qui sent l’été et qui pourrait même ensoleiller vos journées les plus grises.

Dans la foulée, Soulchef sort un premier album qu’il produit entièrement, le 29 octobre 2010 plus précisément. Remember When... vient donc confirmer tout le talent que le producteur laissait entrevoir dans sa première réalisation. L’album contient 10 titres pour 0 déchet. Chaque chanson est une réussite, que la mélodie soit joyeuse ou triste. Qu’elle nous emmène au septième ciel ou 6 pieds sous terre, sa musique est toujours un plaisir à écouter et elle réussit surtout à nous transmettre une émotion que les rappeurs présents sur le projet nous exposent avec une certaine habileté. Ces rappeurs là sont choisis de main de maître par Soulchef, et bien que la plupart nous soient totalement inconnus, ils possèdent tous un talent certain pour poser avec une telle réussite sur les instrus proposées par l’ingénieur. On pourra quand même noter la présence d’artistes comme Tift The Gift, rappeuse que l’on retrouve également sur plusieurs des productions de Soulchef, Need Not Worry, mais encore les 49ers ou Awon que vous connaissez sûrement.

Produit entièrement grâce à des instruments, l’album sort à une période où le Hip-Hop est sans cesse remis en question. Alors que beaucoup de personnes se disent que le Hip-Hop, c’était mieux avant, Soulchef lâche avec Remember When... un authentique projet alliant Soul, Jazz et Hip-Hop et qui, comme son nom l’indique, tire son inspiration à la source de la musique.

Le deuxième album de Soulchef, Escapism, est une vraie invitation à l’escapade (comme son nom l’indique). L’album contient 16 titres, et l’on y retrouve tous les rappeurs cités auparavant notamment. En grandissant, Soulchef a été principalement influencé par la Soul des années 50, le Jazz des années 70 et le Hip-Hop des années 90, et tous ces styles se retrouvent et s’allient à merveille tout au long de l’album. Le producteur veut, grâce à ses instrus mélodieuses à souhait, nous entraîner avec lui dans un voyage qui nous permettra de nous évader bien loin de la réalité du quotidien, et ce que l’on peut dire c’est qu’il le fait plutôt bien. On peut d’ailleurs lire sur son site officiel,  à propos de l’album: « …i wanted to make an album that all people could relate to, for me music has always been an escape and i wanted to take people on that journey with me. »

Par la suite, Soulchef a également participé à la production des albums Playback EP (Nieve), Life We Live (Hy-Definition), ou encore Musaic (49ers) notamment. Il a aussi sorti un album collectif produit en collaboration avec Navid B, un autre producteur de son label Bluebottle Records. L’album s’appelle A New Dawn, et s’inscrit un peu moins dans le style Hip-Hop, mais plutôt dans un style entre chanson et R&B par moments. Son troisième projet propre et purement Hip-Hop est Here & Now, album dans lequel on retrouve certains des artistes présents sur les précédents. Comme à son habitude, Soulchef nous pond des instrus mélodieuses qui nous font voyager.

Vous l’aurez compris, Soulchef est un producteur qui en veut pour nos oreilles, et qui se donne à fond pour nous procurer une petite escapade du quotidien, pour nous faire voyager tout en restant chez nous. En plus de produire pour des artistes, il sort aussi des projets qu’il produit entièrement et qui réunissent pas mal de rappeurs doués et pas vraiment connus. La plupart de ses albums sont disponibles en téléchargement gratuits, et vous trouverez les liens sur son site personnel. 

Par Manu.

Accueil Behind The Beat Rap US

[Who Sampled Who?] Long.Live.A$AP

20130430-193136.jpg

Encore une édition à thème, qui cette fois-ci s’intéresse à A$AP Rocky et plus particulièrement à son album Long.Live.A$AP ! Revisitons les samples utilisés par A$AP lui-même (sous l’acronyme Pretty Flacko), Hit Boy, Clams Casino, 40,… Et Skrillex.

Long.Live.A$AP

Le sample

Fuckin’ Problems

Sample 1

Sample 2

Sample 3

Wild for the Night

Le sample

1Train

Le sample

Ghetto Symphony

Le sample

Angels

Le sample

Accueil Behind The Beat Divers Rap US

[Behind The Beat] Harry Fraud

timthumb.php

Avec ses cheveux longs et sa dégaine d’adolescent, vous n’avez pas pu le rater l’année dernière. Il est jeune et représente assez bien cette nouvelle génération qui donne une deuxième vie au Hip Hop. On peut déjà dire que son avenir est tout tracé dans la production. Retour sur un producteur qui marquera à coup sur le hip hop actuel et futur de son empreinte : Harry Fraud !

 

Vous savez que vous allez assister à du lourd lorsque vous entendez son gimmick « La Musica de Harry Fraud ». Ce producteur irlando-américain est né et a grandi à New York. Il a donc été influencé par le hip-hop new-yorkais et cela s’en ressent forcément dans ses instrumentales. Mais contrairement à quelqu’un comme Joey Bada$$, qui lui fait du son comme dans les années 90, Harry Fraud s’en inspire pour en faire des instrumentales actuelles. C’est là sa force de savoir marier les différents genres pour en faire des beats qui nous surprennent et auxquels on ne peut qu’adhérer.

L’artiste sait de plus s’entourer puisqu’il travaille avec de très bons emcees parmi lesquels on peut citer Curren$y, avec lequel il a sorti une mixtape de cinq titre, Cigarette Boats, de très bonne facture et qui m’a personnellement plus que convaincu sur le talent de ce producteur. Il s’adapte à Curren$y pour pondre des beats qui nous donnent envie de planer avec la voix de ce dernier par-dessus, un délice.

Il sort, également en 2012, un album avec Smoke DZA, Rugby Thompson. Là encore on retrouve ses grosses productions, c’est juste splendide. Dans un autre registre de production que pour la mixtape avec Curren$y, il prouve qu’il fait partie de ces artistes polyvalents qui peuvent se permettre de travailler avec à peu près n’importe quels emcees. A écouter si ce n’est pas encore fait !

Mais Harry Fraud ne s’arrête pas là puisqu’à côté de ses albums/mixtapes en collaboration avec des artistes, il participe a une série incalculable d’albums sur lesquels il apporte son savoir-faire sur un ou deux titres. On peut citer les productions qu’il a faites sur la mixtape Mac and Cheese 3 de French Montana. Alors qu’à l’accoutumée je n’apprécie pas vraiment ce rappeur, grâce aux productions de Harry Fraud j’ai pu apprécier les titres qu’il avait produit. Je vous le disais, il s’adapte aux rappeurs et les met en valeur. Il avait d’ailleurs été invité à produire un titre sur la mixtape qui nous a redonné goût à Wiz Khalifa, Taylor Allderdice.

Début mars 2013, il sort une mixtape, Adrift, sur laquelle il invite tous ses potes. C’est son premier projet « tout seul ». Je vous le disais plus haut, il sait s’entourer et le prouve avec cette mixtape. On y retrouve des rappeurs avec qui il avait déjà travaillé comme Curren$y, Smoke DZA ou French Montana mais on retrouve également d’autres emcees et croyez-moi, c’est du lourd ! On peut ainsi entendre Rick Ross, Danny Brown, Mac Miller, Action Bronson, Wiz Khalifa ou encore Kool G Rap, rien que ça ! Je ne peux que vous conseiller cette mixtape que vous pouvez télécharger ICI.

Preuve encore de son talent, on le retrouve sur la mixtape New York Renaissance, qui regroupe tous les meilleurs jeunes rappeurs et producteurs de la scène new yorkaise. Il y produit d’ailleurs un sons pour Joey Bada$$, A Day In The Life, qui est, à mon avis, un pur bijou !

Harry Fraud est assurément un producteur à surveiller de très près pour les années à venir. Il apporte un réel renouveau dans le hip hop actuel et on peut l’en remercier. Croyez-moi, si vous apercevez un son avec ce monsieur à la production, ECOUTEZ, ça en vaudra assurément la peine. Son talent, il l’a déjà prouvé et on attend avec impatience ses prochaines productions et pourquoi pas un album en 2013 ?

Behind The Beat Rap US

[Who Sampled Who 3.0] Special Nas – Illmatic

Pour cette édition, nous avons décidé de vous présenter tous les samples qui ont été inspirés dans le premier album de Nas, Illmatic. Chaque morceau, de l’intro à la dernière de ce classique a été produite à la base de plusieurs échantillons. Bonne écoute !

1) Sample : The Genesis

Originale : DJ Grand Wizard Theodore – Subway Theme -> à partir de 0:40

2) Sample : N.Y. State Of Mind

Originale : Joe Chambers – Mind Rain -> à partir de 1:00

3) Sample : Life’s A Bitch

Originale : The Gap Band – Yearning For Your Love -> à partir de 0:22

4) Sample : The World Is Yours

Originale : Ahmad Jamal – I Love Music -> à 0:12

5) Sample : Halftime

Originale : AWB – School Boy Crush

6) Sample : Memory Lane (Sittin’ In Tha Park)

Originale : Reuben Wilson – We’re In Love -> à partir de 0:22

7) Sample : One Love

Originale : The Heath Brothers – Smilin’ Billy Suite

8) Sample : One Time 4 Your Mind

Originale : Jimmy Gordon & His Jazznpops Band – Walter L. -> à partir de 0:20

9) Sample : Represent

Originale : Lee Erwin – The Thief Of Bagdad -> à partir de 0:54 (je vous conseille de l’écouter entière, jolie mélodie!)

10) It Ain’t Hard To Tell

Originale 1 : Michael Jackson – Human Nature

Originale 2 : Kool & The Gang – N.T. -> à partir de 3:12 (avec la fameuse trompette!)

par Kevin.

Accueil Behind The Beat Rap US

[Behind The Beat] Mike WiLL Made It

Mike Will Maaaaade It ! Quelle personne passionnée du monde rap US actuel n’aurait jamais entendu ce nom au début de quelques chansons ? Bien évidemment, nous avons plus de chance de croiser ce blaze dans des chansons de type sudiste (Dirty South pour les compliqués) ! Mais ce bonhomme-là, Mike Will, nous risquons bien de l’entendre de plus en plus avec ses beats car son potentiel, faut l’avouer, est énorme ! Alors pourquoi pas une production pour de plus grands rappeurs dans l’avenir ?

Originaire d’Atlanta, le petit bonhomme tout juste âgé de 23 ans est passionné de la musique dès son plus jeune âge. Dès 14 ans, il s’amuse à remixer des beats comme Still Fly des Big Tymers, banger de l’époque dans le sud. Ses remixes seront ensuite adaptés pour ses potes qui pourront poser leurs couplets dessus. Michael Williams, de son vrai nom, aura l’occasion de travailler plus sérieusement ses productions après s’être fait offrir un MPC1000, un Roland Fantom ou encore un Akai par son père lors des fêtes hivernales!

Mais c’est grâce à son ami de longue date Gucci Mane, que Mike Will deviendra célèbre. Les deux compères sont amis depuis leur enfance et c’est au moment où Gucci apparaît sur le devant des projecteurs américains que ce dernier propose à Mike de lui produire des morceaux. East Atlanta 6 est l’un des premiers morceaux officiels produits par Mike Will pour Gucci bien qu’il ne soit pas très connu.

Mais c’est en 2011 qu’il toucha le jackpot. Après avoir envoyé une série de beats au label de Rick Ross (« M-M-M-Maybach Music! »), il reçoit un appel en retour du boss de MMG lui disant qu’il a retenu un de ses sons qui deviendra plus tard le célèbre Tupac Back ! Comme Mike le décrit dans la vidéo ci-dessous, ce beat lui rapelle une atmosphère de film d’horreur. Le voici en train de cuisiner la recette de Tupac Back, sur lequel Meek Mill et Rozay poseront quelques temps plus tard :

L’année 2012 sera vraiment l’année de sa confirmation avec des productions à tout va pour divers artistes comme Schoolboy Q pour qui il produit My Hatin’ Joint sur ce qui reste un des albums de l’année Habits & Contradictions.
Il continue sur sa lancée avec King Of Diamonds ou encore Itchin’ pour Rick Ross et Future respectivement.

Mais le natif de Marietta ne s’arrête pas là. Il va ensuite se faire remarquer sur la scène des mixtapes en produisant un tas de beats pour Gucci étant donné que ce dernier excelle dans ce domaine-là. De plus, le moment était bien choisi car Gucci était considéré comme l’un des artistes les plus chauds du moment et avec la sortie de sa mixtape Trap Back en 2012, sur laquelle on retrouve pas moins de cinq sons produits par Mike Will. Et quels beats !!! Voici l’une de ses productions que je préfère de Trap Back :

It’s Okay With Me (featuring 2 Chainz)

La route du succès continue avec trois excellentes productions pour l’album rookie de Future. Dommage que ce dernier soit médiocre dans ce qu’il fait car je trouve qu’il n’est pas du tout à la hauteur des productions de Mike Will. En voici une que j’adore tout particulièrement :

Future – Neva End (featuring Kelly Rowland) (Instrumental)

Mike Will va même produire plus tard des chansons R’n’B pour Rihanna, Brandy ou encore Jeremih. Mais son chef d’oeuvre reste quand même la participation à la production du banger de l’année : Mercy. Pour ce son, il a l’honneur de collaborer avec de grands producteurs comme Kanye West, Mike Dean ou encore Lifted ! Mais ce n’est pas fini! Son statut prendra encore de l’ampleur lorsqu’il produira deux morceaux pour l’album tant anticipé de 2 Chainz. Les deux beats sont Wut We Doin’ et le single No Lie (avec le feat de Drake)! Dans la deuxième moitié de l’année 2012 ses coups de pattes magiques aux MPC seront notamment destinés à Ace Hood (Leggo), Daz Dillinger (Street Money) et Chief Keef (No Tomorrow).

Dans son emploi du temps devenu chargé, il a tout de même pensé à se laisser des moments libres pour produire une dizaine de chansons pour les deux autres mixtapes que Gucci Mane sortira en fin d’année. Voici l’un de mes coups de coeur à cause de ses basses bien puissantes :

Gucci Mane – Plain Jane (featuring Rocco & T.I.)

Pour finir, Mike WiLL Made It nous réserve de jolies surprises pour l’année 2013 car il vient de produire le prochain single d’un des membres de Three Six Mafia, Juicy J. Le nom du morceau s’appelle Bandz A Make Her Dance et fait déjà sensation aux States avec son clip :

Même s’il a encore quelques failles dans ses productions, notre cher Mike a un réel potentiel lors de la fabrication d’une mélodie. Il lui faut encore trouver les bons emcees qui peuvent s’acclimater au mieux à ses intrus car, il faut l’avouer, que des personnes comme Chief Keef ou Future appauvrissent la qualité de son travail. Pour finir, ses mélodies sont vite reconaissables grâce à son blaze qui est annoncé au début de la plupart de ses chansons. Il s’aide tout particulièrement d’un clavier synthétique et d’un MPC pour produire ses beats qui sont plutôt destinés à la vibe Dirty South. Cependant, il a la capacité à s’adapter à d’autres styles comme vous avez pu le voir avec des productions R’n’B ou d’autres plutôt smooth (My Hatin’ Joint).

Dorénavant, lorsque vous entendrez ce blaze à chaque début de chanson, apprêtez-vous à hocher la tête jusqu’à en casser votre nuque comme ça!

Sa discographie est disponible sur ce lien.
Il a également sorti deux tapes avec plusieurs de ses productions. Les deux tapes s’intitulent Est. In 1989 (Part 1 & 2) et sont téléchargeables ici et ici !

Par Kevin

Accueil Behind The Beat Rap US

Who Sampled Who 2.0

Le but de cette rubrique est de pouvoir vous faire découvrir les morceaux originaux dont se sont inspirés nos producteurs hip-hop pour la création de leurs beats et les modifications qu’ils y ont apportées (avec l’autorisation du créateur bien sûr). On appelle ça un « échantillon » en français mais c’est plus utilisé et mieux connu sous le nom de « sample » en anglais. Dans chaque article de « Who Sampled Who? », vous aurez donc la possibilité de découvrir cinq nouveaux samples. Au menu d’aujourd’hui : The Notorious B.I.G, Jay-Z, G-Unit, Kanye West et le Wu-Tang Clan, avec, comme vous le verrez, quelques samples surprenants!

Sample n°1

Beat samplé :

Beat original :

Sample n°2

Beat samplé :

Beat original :

Sample n°3

Beat samplé :

Beat original :

Sample n°4

Beat samplé :

Beat original :

Sample n°5

Beat samplé :

Beat original :

Par Dimitri et Patrik

Accueil Behind The Beat Rap US